top of page

Il était une fois en 1915. Conçue par Terence Wright, grand-fils d’Ethel.

 

Avant la première guerre mondiale, Ethel Wilde, alors âgée de 23 ans est venue en France pour élargir son éducation et améliorer son français.

 

C'est à cette époque qu'elle rencontre et se fiance avec Jules, un français qui, au début de la première guerre mondiale, devient observateur/photographe dans l’Aéronautique Militaire. Il a utilisé une caméra stéréoscopique pour capturer les images présentées dans cette exposition.

 

Ethel rentra chez elle au début de la guerre et, en 1915, Jules vint rendre visite à la famille à Kintbury, en Angleterre. Là-bas, il a pris quelques photos de famille et, à son retour en France, il a envoyé à Ethel les diapositives sur plaque de verre ainsi que des images de sa vie et de ses camarades combattant pendant la guerre.

 

On ne sait pas ce qui est arrivé à Jules après août 1915 et on ne connaît pas son nom de famille. Cependant, lorsqu’ Ethel épousa Fredrick Viner en 1918, les diapositives stéréoscopiques restèrent un bien précieux et furent transmises à Terence après la mort de sa grand-mère.

 

Once upon a time in 1915.  Curated by Terence Wright, grandson of Ethel.

 

Before the First World War, Ethel Wilde, then 23 years old came to France to broaden her education and improve her French.

 

During this time she met and became engaged to be married to Jules, a frenchman, who at the commencement of the First World War became an Observer/Photographer in the French Air Service.  He used a stereoscopic camera to capture the images presented in this exhibition.

 

Ethel returned home at the outbreak of the war and in 1915 Jules came to visit the family in Kintbury, England.   Whilst there he took some family photographs  and when he returned to France he sent Ethel the glass plate slides along with images of his life and comrades fighting in the war.

 

We don’t know what happened to Jules after August 1915 and we don’t know his surname.  However, when Ethel married Fredrick Viner in 1918 the stereoscopic slides remained a treasured possession and where passed to Terence after his grandmother died. 

 

bottom of page